Fermeture Vanoise Express (Paradiski)

Fermeture Vanoise Express (Paradiski) Le fleuron technologique assurant la liaison entre la Plagne et les Arcs ne fonctionnera pas cet hiver.
Le téléphérique Vanoise Express, mis service en 2003 et construit par la société grenobloise Pomagalski, va être fermé tout l’hiver, selon un communiqué de presse du 21 décembre 2007 émis par le gestionnaire de celui-ci, l’exploitant de remontées mécaniques La Compagnie des Alpes.

La décision concernant ce téléphérique, le plus grand du monde (cabines de 200 places, sur 2 étages, coût de 15 millions d’euros) permettant de relier deux des plus fameux domaines skiables français, La Plagne et les Arcs, via les stations de Montchavin et Plan Peisey, a été prise conjointement par l’exploitant et les autorités départementales de contrôle.

En effet, des anomalies ont été détectées concernant la structure même des câbles soutenant l’appareil, pouvant ainsi nuire à la sécurité de l’engin.

Ainsi, « des diagnostics plus poussés doivent être réalisés et les réparations ne pourront pas être effectuées avant la fin de la saison », selon la Compagnie des Alpes.

A noter, le forfait Paradiski reste valable, sans le Vanoise Express, en faisant la liaison par la route. Cependant, les vacanciers ayant pris un forfait Paradiski peuvent opter pour un forfait restreint à leur station de base, la différence étant remboursée pour ceux qui ont déjà pris un forfait saison Paradiski (et non pas un forfait semaine), le bon étant à remplir avant le 1er mars 2008.

Un coup dur donc pour les 2 stations, qui ont beaucoup communiqué sur cette liaison qui leur permettait d’offrir l’un des premiers domaines skiables français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


5 × = dix

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.